EDITORIAL DE FEVRIER 2017 PAR PATRICK VAJDA

Ce bel article sur l’etudiant.fr, rédigé par Assia Hamdi, est un très beau résumé des raisons qui font que l’on devienne arbitre ; il sera mon éditorial de Février car il milite en faveur d’une réelle passion, celle qui nous anime tous, que nous soyons départementaux ou internationaux.

 

La passion est notre moteur : passion du sport, passion des autres, passion tout court !

 

Patrick Vajda

Président de l’AFCAM

 

 

Sport : pourquoi ils sont devenus arbitres par Assia Hamdi 

 

Passionnés de foot, de badminton ou d’escrime... Aujourd'hui arbitres dans leur discipline, ils racontent ce que leur mission leur apporte au quotidien.


Avouez-le, vous aussi, vous avez déjà eu envie de pester un "Mais il est bidon, l'arbitre !" pendant un match de foot, de tennis ou de basket. Comme vous, ces jeunes ont aussi été dans la peau du passionné de sport. Puis, un jour, ils ont décidé, à leur tour, de faire la loi, quitte à jouer le rôle du méchant. Arbitres de foot, de badminton ou d'escrime... Romain, Jennifer et Boris racontent comment ils sont passés de l'autre côté du terrain.


Le sport, de la pratique à l'arbitrage

 

Boris, 22 ans, a commencé à arbitrer en escrime à 10 ans. Il pratiquait ce sport depuis déjà quatre ans. Dans son club comme dans d'autres, compter des arbitres permet de participer à des compétitions ou de recruter des sportifs. "J'ai été initié aux règles, aux sanctions ou à la logique des priorités", se souvient le jeune homme.

 

Depuis le fleurettiste a bien évolué : arbitre de niveau régional, il départage aujourd'hui des duels de jeunes de 11 ans à 20 ans, selon les tournois. Romain, 24 ans, a été défenseur sur les terrains de football pendant dix ans mais n'a arbitré des matches que quelques années plus tard, sur la proposition de son oncle, président de club : "J'avais envie de découvrir le football d'une autre façon."

 

"Mieux connaître notre sport"

 

Arbitre de badminton au niveau régional, Jennifer, 17 ans, a commencé à officier il y a six ans, deux ans seulement après avoir commencé le "bad". Ce qui l'a motivée ? "Je pensais qu'être arbitre m'aiderait à bien connaître les règles." C'est réussi : depuis deux ans, cette élève de terminale S forme à son tour des jeunes officiels.

 

Être arbitre d'un sport qu'ils pratiquaient déjà a permis à ces jeunes d'enrichir leur culture de la discipline. "Au centre du terrain, on se rend mieux compte du fonctionnement des équipes, se réjouit Romain, qui a redécouvert des choses qu'il pensait connaître par cœur : "Les commentateurs sportifs parlent de la règle du dernier défenseur, mais j'ai appris qu'elle n'existait pas. C'est le contexte qui va être jugé." En escrime, la mission de Boris lui permet de mieux appréhender ses propres duels lorsqu'il est en compétition : "Quand j'affronte un autre escrimeur, je sais à mon tour comment réaliser mes coups pour que l'arbitre aille dans mon sens."

 

Des qualités humaines développées

 

Avant d'arbitrer, Jennifer n'avait pas confiance en elle, l'arbitrage l'a aidée à s'affirmer. "Quand on a 12 ans et qu'on arbitre des adultes de 30 ou 40 ans, ça fait grandir notre assurance." Cette année, elle prépare à la fois son bac... et son examen d'arbitre national.

 

Contrôleur à la SNCF, Romain utilise tous les jours ce qu'il a appris en arbitrant : "Quand il y a un conflit dans un train, je dois gérer les personnes, comme pendant un match." Boris a développé une nouvelle compétence : "Il est arrivé que je sois équipé d'un micro pour arbitrer une finale d'escrime. J'ai dû apprendre à faire attention à ce que je disais et à mon intonation."

 

Un rôle à valoriser dans la vie professionnelle

 

La mission d'arbitre est une excellente expérience professionnelle à valoriser quand on cherche d'emploi. Encore lycéenne, Jennifer espère devenir un jour arbitre nationale, voire internationale : "Cela me permettrait de voyager et donc de travailler mon anglais." Boris n'hésite pas à comparer un match à un entretien professionnel : "L'arbitrage m'a appris à avoir de l'assurance. Un match, c'est un peu comme un entretien, on peut avoir des faiblesses mais si l'on se montre sûr de soi, les escrimeurs ou le recruteur douteront moins de nous." Romain, lui, va même jusqu'à le faire savoir aux recruteurs : "J'ai indiqué sur mon CV que j'étais arbitre."

 

Combien gagne un arbitre ?

 

La rémunération dépend de plusieurs facteurs, comme le niveau auquel vous exercez, ou la ligue à laquelle vous êtes rattachés. "Plus on arbitre à un niveau élevé, mieux on est payés", rappelle Romain, qui gagne entre 38 € et 60 € par week-end d'arbitrage.

Comme le précise Romain, les frais de déplacement ou d'équipement sont pris en charge. Sur les tournois de badminton, la rémunération de Jennifer oscille entre 30 € et 40 € par week-end. Boris, lui, gagne 40 euros par journée d'arbitrage, ses voyages sont lui remboursés et "un repas est toujours prévu sur le lieu de la compétition". Pour autant, il ne faut pas espérer gagner sa vie avec cette mission, avertit Romain : "Pour arbitrer, il faut d'abord être passionné(e)."

 

DERNIERS ARTICLES EN LIGNE

 
Cliquer sur le titre pour visionner l'article en entier
15.04 17:12 - TUNISIE : non ! vous ne rêvez pas !!! (source Orange.fr)
Qu'est-il passé par l'esprit de Moncef Khemakhem, le
président du club de football tunisien de Sfax, le 1er mars dernier ? Alors que
son club s'apprête à jouer un match, le président a agressé sexuellement un des
arbitres, rapporte 20 Minutes.

Moncef Khemakhem a léchouillé l'oreille de l'arbitre, avant
de lui insérer un doigt dans l'anus. Et semble même se vanter de ses actes.
Dans une émission de télévision, juste après le match, le présentateur lui
demande ce qu'il a fait, et le président répond alors en riant : "Je lui
ai mis deux fois le doigt dans le c*l, pour lui remonter le moral et
l'encourager parce qu'il était un peu déstabilisé".

Devant les enquêteurs de la Fédération tunisienne de
football, il a reconnu avoir effectué des "gestes obscènes à l'encontre
d'un arbitre assistant", dans le but de "faire pression sur
l'arbitrage". La Fédération a décidé de suspendre à vie Moncef Khemakhem
de toute activité dans le football, et de lui infliger une amende de 30 000
dinars (12 000 euros),...

07.04 10:04 - Conférence sur l'arbitrage au féminin
Conférence sur l'arbitrage au fémininMadame, Monsieur le Président,
Chers amis,
Chers collègues

Placé
sous l’égide du Ministère de la Ville et des Sports, l’AFCAM et la
FEMIX organisent le 12 Mai 2017 une « grande conférence » sur
l’ arbitrage
au féminin.
Merci de retenir la date.
Un programme précis sera envoyé vers le 20 Avril.

Très cordialement

Marie-Françoise Potereau et Patrick Vajda

31.03 09:14 - ESPAGNE FOOTBALL Quand les parents de jeunes joueurs donnent le mauvais exemple (source lestrepublicain.fr)
Les arbitres espagnols s’exaspèrent de la violence des
parents qui se déchaînent lors de matchs de football joués par leurs enfants,
un phénomène dont l’Espagne prend conscience avec la diffusion de vidéos
amateurs.



Si aujourd'hui, c'est l'Espagne qui prend le problème des
parents trop oppressants de jeunes joueurs de foot à bras le corps, la France
aussi a son lot de parents se prenant pour José Mourinho ou n'hésitant pas à en
venir aux mains comme si leur vie en dépendait. Photo d'illustration Le Progrès
Photo HD

«Messieurs! Il y a des enfants!», crie une femme, tandis
qu’une dizaine de pères échangent des coups de poing lors d’un match de jeunes
de 12 à 13 ans, le 19 mars à Majorque, dans les îles Baléares.

La bagarre générale, filmée avec un téléphone portable au
bord du terrain, a été vue plus de 100 000 fois sur YouTube et a suscité dans
les jours suivants une vague d’indignation. La sanction pour les clubs
impliqués pourrait être une amende allant jusqu’à 1 500 euros, selon la...

30.03 08:45 - RUGBY - SIX NATIONS XV de France: Maestri à l'amende pour avoir critiqué l'arbitrage (source lestrepublicain.fr)
Le deuxième ligne et vice-capitaine français Yoann Maestri a été
condamné à une amende de 15000 euros pour avoir critiqué l’arbitrage à l’issue
du dernier match du Tournoi des six nations.

Yoan Maestri a reconnu un acte de "mauvaise conduite" après
ses propos déplacés envers Wayne Barnes, l'arbitre de France-pays de Galles.

15 000 euros d'amende et 15 000 autres avec sursis. Voilà la
condamnation infligée à Yoan Maestri pour avoir critiqué Wayne Barnes, l'arbitre
de France-pays de Galles, après le dernier match des Bleus dans le Tournoi des
six nations, le 18 mars dernier.

Le sursis est valable jusqu'à la fin de la saison 2017-2018 pour le
deuxième ligne et vice-capitaine du XV de France, qui devra donc tenir sa
langue pendant plus d'une saison.
Il s'est excusé

Entendu ce mercredi par la commission de discipline du Tournoi le même
jour à Londres, le Toulousain (29 ans, 56 sélections) «a reconnu avoir commis
un acte de mauvaise conduite et s’est publiquement excusé pour avoir formulé
ces commentaires»...

24.03 09:34 - Pierluigi Collina inquiet pour l'arbitrage dans le football amateur
Source L'Equipe

Patron des arbitres à la Fifa, Pierluigi Collina a
tenu à mettre en lumière le sort des arbitres dans le football amateur. «C'est
un problème mondial que nous devons considérer et nous devons prendre des
mesures rapidement», a exigé l'ancien arbitre qui pointe les violences
dont sont victimes certains arbitres.

«Nous avons un nombre
élevé d'arbitres qui travaillent chaque week-end dans le football amateur.
Malheureusement, à ce niveau, au lieu d'avoir du respect pour ces héros
inconnus... ils sont agressés verbalement, parfois physiquement, c'est une
vraie menace», a regretté Collina. Je sais que cela ne sera pas
facile, mais il faut faire quelque chose. Le football de haut niveau doit faire
passer le bon message au football amateur».

suivant
 
 
Deontologie des Arbitres en 10 points-VF.pdf
 
Deontologie des Arbitres en 10 points-VF-1.jpg
logotyp_nonviolence_rgb_inverted-01 copy.png
 
LABEL_SEXISME_FOND_BLC_CMNJ.png
 

CONTACTEZ L'AFCAM

Remplissez le formulaire et laissez votre message.
Prénom & Nom :
*
Adresse e-mail :
*
Votre message :
*
* Champ obligatoire
envoyer
 

Rejoignez l'AFCAM en cliquant

facebook.jpg
 

Rejoignez l'AFCAM en cliquant

logo_twitter.jpg
 
cnosf.jpg
 

Fil d'actualité Twitter

 
MINISTERE_VILLE_JEUNESSE_SPORTS_LOGO-5.jpg
 
 
 

 
Directeur de publication : Patrick VAJDA, Président de l'AFCAM, Maison du Sport Français, 1 Avenue Pierre de Coubertin, 75640 PARIS Cedex 13 - Webmaster : Gilles DUMONT
 
 
 
création de site internet avec : www.quomodo.com